Get Even More Visitors To Your Blog, Upgrade To A Business Listing >>

Congo : le pouvoir accusé de solder des comptes politiques en utilisant la Justice

Congo : le pouvoir accusé de solder des comptes politiques en utilisant la Justice

Le député et ancien candidat à la présidentielle André Okombi Salissa|©DR

En République du Congo, l’opposant André Okombi Salissa arrêté en début d’année après plusieurs mois de cabale a été embastillé lundi après avoir été présenté au procureur de la justice. Une procédure qui n’est pas du goût de l’avocat sénégalais, Me Boucounta Diallo qui fustige l’attitude du procureur congolais, Oko NGakala.

Les couloirs du Tribunal de grande instance de Brazzaville ont été, lundi, le théâtre d’une vive polémique entre les avocats de l’opposant André Okombi Salissa et le procureur de la République. Au cœur de cette controverse s’est retrouvé Me Boucounta Diallo, avocat sénégalais faisant partie du pool de robes noires venu défendre le candidat à l’élection de mars 2016, accusé par les autorités de «détention d’armes de guerre» et «d’atteinte à la sécurité de l’Etat».

Selon des sources ayant assisté à l’audience, les autorités judiciaires congolaises reprochent à Me Diallo de ne s’être pas associé officiellement à la défense de l’accusé Okombi Salissa. Dès l’ouverture de l’audience, Me Boucounta Diallo a voulu, séance tenante, dénoncer le fait que son client, André Okombi Salissa ait été présenté au tribunal menotté. Le procureur de la République du Congo apparaît alors furieux et recommande l’expulsion de l’avocat sénégalais du territoire congolais.

Cette attitude du procureur a irrité Me Boucounta Diallo.  «C’est le deuil du droit. C’est aussi le deuil de la démocratie, malheureusement. Le spectacle auquel nous avons assisté n’honore ni la justice congolaise ni la démocratie dans ce pays. Pour un député qui a été dans des conditions rocambolesques, sans respect des dispositions de la constitution qui exige en son article 144 que l’arrestation du député est assortie de la levée de son immunité parlementaire », a affirmé l’avocat de l’opposant Salissa en prison.

Me Boucounta Diallo Qui dénonce des vices de procédures explique que le pouvoir congolais se contredit dans sa cabale contre l’opposant accusé de détention d’armes, d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et de détournement de deniers publics. « Si nous sommes dans le cadre du flagrant délit, je vois pas pourquoi le pouvoir a demandé par deux fois, la levée de l’immunité parlementaire du député… Le flagrant délit aurait suffi pour justifier son arrestation. Mais le flagrant délit en réalité n’a été brandi que pour justifier des perquisitions effectuées arbitrairement et illégalement au domicile d’André Salissa et pour justifier son arrestation », a expliqué Me Boucounta Diallo au micro de la Ziana TV.

L’avocat se dit inquiet pour la situation des opposants, notamment ceux qui ont été candidats contre Denis Sassou Nguesso en 2016 à qui le pouvoir règle les comptes politiques en se servant de la justice.

© OEILDAFRIQUE



This post first appeared on OEIL D'AFRIQUE | L'actualité Africaine Avec, please read the originial post: here

Share the post

Congo : le pouvoir accusé de solder des comptes politiques en utilisant la Justice

×

Subscribe to Oeil D'afrique | L'actualité Africaine Avec

Get updates delivered right to your inbox!

Thank you for your subscription

×