Get Even More Visitors To Your Blog, Upgrade To A Business Listing >>

Maison Ouimet-Joly Archambault

Hommage aux agriculteurs du village de Sainte-Rose (île Jésus)

Maison Ouimet-Joly-Archambault au numéro civique 55 boulevard Saint-Rose

Style architectural original : Maison d’esprit français (à pignon). Style architectural depuis les années 1850 : Maison à Mansarde – Second Empire.

Histoire de la Maison Ouimet-Joly-Archambault

Amable Quenneville, agriculteur, époux de Catherine Desjardins, fait construire la maison en pierres en 1798 et 1812, probablement en 1803, année incrustée dans une pierre à l’intérieur de la maison.

Le couple avait acquis la terre de François Quenneville, leur frère et beau frère, entre 1795 et 1798 ; ce dernier la tenait de Jacques Payet, dit Saint-Amour, depuis 1771. Un peu plus d’une dizaine d’années après leur acquisition, suite au décès de son époux, Catherine Desjardins vend la terre et la maison en pierres à la famille Ouimet.

Famille Ouimet

En 1812, mariés depuis seulement un an et voulant s’installer définitivement, Joseph Ouimet, agriculteur, et Marie Chapleau font l’acquisition de la propriété où ils élèveront leur progéniture. En 1877, partie par testament partie par donation, la propriété passe dans les mains de leur petit fils Joseph Ouimet qui la vend en 1881 à son oncle Toussaint Major, époux de Zoé Ouimet. En 1887, ce dernier donne la propriété à son fils Hormidas Major qui, dès l’année suivante, la vend à la famille Joly.

À l’origine, avec son tout à pignon, la maison en pierres est de Style Architectural d’esprit français. Vers 1850, à l’époque de la famille Ouimet, on procède à des travaux majeurs pour donner à la maison le style architectural que nous connaissons présentement.

Famille Joly

Paul Joly, époux et secondes noces de Philomène Verdon, fait l’acquisition de la propriété en 1888. Dès l’année suivante, il se débarrasse de la partie de la terre située au sud du boulevard Saint-Rose pour ne garder que la partie située au nord avec la maison en pierres. En 1920, par testament, Philomène Verdon, veuve de Paul Joly, donne la propriété à son fils Alfred Joly qui, une dizaine d’années plus tard, toujours célibataire et devenu bourgeois de Montréal, la vend à Albert Archambault, agriculteur de Saint Rose.

Famille Archambault

Albert Archambault acquiert la propriété en 1930 pour s’y établir à demeure. Il commence à vendre des emplacements dans les années 1940. Albert Archambault décède en 1964 et, l’année suivante, sa veuve, Antoinette Bélanger, vend la maison en pierres et son emplacement à Edward W. Stace, un assistant gérant des ventes. Pour la première fois séparée de sa terre, la maison en pierres aura dorénavant sa propre destinée.

Pour plus d’informations : Association des Citoyens et Amis du Vieux Saint-Rose (commanditaire du texte et de la plaque, M. Jean Babel, député de Sainte-Rose).

Maison Ouimet-Joly-Archambault en 2020. « Le monde est un fruit savoureux et frais, Dieu vous l’a prêté pour voir comment vous en jouirez. » Photo de Megan Jorgensen.


This post first appeared on Voyage à Travers Le Québec - Scrapbook De La Civ, please read the originial post: here

Share the post

Maison Ouimet-Joly Archambault

×

Subscribe to Voyage à Travers Le Québec - Scrapbook De La Civ

Get updates delivered right to your inbox!

Thank you for your subscription

×