Get Even More Visitors To Your Blog, Upgrade To A Business Listing >>

PSG – OL : « Une défaite cuisante » pour Aulas

Dans la foulée de la lourde défaite face au Paris Saint-Germain (4-1), Jean-Michel Aulas a répondu aux questions des médias. Le président de l'OL a livré sa vision du match, revenant également sur ses propos concernant l'abyssal écart qui s'est creusé entre le PSG et le reste du championnat de France. Avec R.B, notre envoyé spécial à Klagenfurt, Autriche.Président, quel regard portez-vous sur ce lourd revers ?Jean-Michel Aulas : C’est connu que le PSG a une équipe très forte… L’arrivée du nouvel entraîneur (NDLR: Unai Emery) donne une dimension encore plus importante aux qualités techniques et de vitesse. Le Paris Saint-Germain ne cherche plus la possession de balle mais cherche à être efficace, ce qui s’est traduit en première mi-temps par le score que vous connaissez, et ce malgré une possession nettement en faveur de Lyon. C’est donc une défaite cuisante qui montre que nous avons encore un abîme entre les super joueurs de classe mondiale du PSG, qui sont en quantité très importante, et une très bonne équipe de Ligue 1, qui est probablement l’une des meilleures derrière Paris, mais avec un écart qui est considérable. L’année dernière il y avait 31 points d’écart dans le championnat, donc c’est vrai que c’est un mauvais signe pour ce dernier si ça redémarre sur ces bases-là.. En tout cas les joueurs ont fait ce qu’ils ont pu mais, malheureusement, le PSG était ce soir très au-dessus de ce que l’on peut faire.

"Essayer de s'accrocher pour lutter derrière le PSG"

L’année dernière, la défaite au Trophée des Champions avait entraîné le recrutement de quatre joueurs. Est-il possible qu'une pareille réflexion puisse aller dans ce sens cette saison ? Non il n’y aura aucun recrutement. La seule réflexion se situe au niveau de Rachid (NDLR: Ghezzal). On va essayer de convaincre qu’on a besoin de lui, parce que l’équipe qui a été constituée est un groupe qui le connait bien, qui a des automatismes avec lui. Ceci étant il n’y aura pas d’arrivée supplémentaire. On a une équipe qui, jusqu’à la défaite de ce soir, était considérée comme l’une des meilleures. On a notamment battu trois équipes qui jouent la Champions League durant nos matchs préparatoires. Ce soir, le PSG a été au-dessus, mais c’est malheureusement pas fait pour me surprendre. Quand vous avez 25 joueurs de classe mondiale dans le même groupe, c’est difficile de lutter. On va tout de même essayer de s’accrocher pour revenir lutter derrière, mais on a vu que ce sera très difficile à la vue de l’écart...

"Dans une économie libérale, vous ne pouvez pas trouver de solution"

Quel sentiment prédomine ? De la frustration ?Bien sûr que c’est frustrant. Vous savez, en général, je ne parle pas à travers... Je tire la sonnette d’alarme pour dire qu’il y a un gros écart sur les budgets de clubs. Mais pas seulement concernant les budgets, mais aussi les types de revenus. Aujourd’hui, vous avez un club comme le PSG qui arrive à afficher un revenu qui s’élève à 550 millions d’euros, toutefois avec près de la moitié qui est faite de subventions d’un État… Vous ne pouvez pas, dans une économie libérale, trouver de solution. On a besoin d’un championnat disputé, pas uniquement pour le plaisir du spectateur, mais également car la valeur du championnat sur le plan des droits télés est fonction de cette compétition qui intervient. Un championnat qui n’est pas disputé perd de sa valeur. Il faut qu’on trouve au niveau de la Ligue, de la Fédération, des solutions qui permettent de rééquilibrer la balance. Si demain un club génère 550 ou 600 millions d’euros avec ses propres revenus, on n’aura rien à dire. Il est normal qu’il y ait un déséquilibre et que j’explique les choses, que je fasse de la pédagogie. Au départ ça surprend, les gens ne sont pas habitués et confondent ainsi le chiffre d’affaires de Manchester United, qui est aussi de 550 millions, mais sont issus de revenus commerciaux réels, avec celui du Paris Saint-Germain, dont la moitié provient de subventions d’un État. C’est là ou le bât blesse, parce que la concurrence devient extrêmement difficile, pour ne pas dire déloyale.Vous êtes conscient que vos propos agacent. Vous vous mettez beaucoup de monde à dos en disant ça... Certes, mais il vaut mieux dire des choses réelles et censées plutôt que de faire plaisir à un certain nombre de gens. Quand j’entends des présidents de clubs dire que c’est une bonne chose que des clubs comme le PSG ait cette différence par rapport à eux, ce sont des clubs qui n’ont soit pas envie d’être champions, soit qui bénéficient des largesses du groupe. C’est à dire qu’ils bénéficient de contrats marketing de BeIn ou de son environnement, ce qui n’est pas le cas de Lyon. À partir de là, je pense qu’il vaut mieux dire les choses telles qu’elles sont. Ce n’est pas faire injure, nous avons de très bonnes relations avec les gens du Paris Saint-Germain. Ils profitent d’un vide juridique et économique qui va pénaliser, à terme, tout le monde. Je dis parfois les choses en avance, comme par exemple avec les terrains synthétiques... Ceci étant l’équipe parisienne est formidable, et nous avons vu une vitesse d’exécution extrêmement productive et très difficile à contrer. En tout cas nous n’avons pas su le faire ce soir.

"Le groupe va être performant, comme toutes les années"

Il reste une semaine avant la reprise de la Ligue 1. De quelle manière le club peut-il se remettre dans le bain ?Il faut simplement se dire qu’il y a qu'un seul Paris Saint-Germain dans le championnat de France, et que quand on joue il faut être en pleine possession de ses moyens. Il faut également avoir un peu de réussite, dans le football tout peut basculer dans le mauvais sens très rapidement. Lorsque vous regardez l'entame de match de l'Olympique lyonnais, le premier quart d’heure était de qualité, puis les choses ont basculé. Il nous reste donc huit jours pour convaincre les joueurs qu’ils étaient bons avant, qu’ils le sont aussi après, et que le groupe va être, comme toutes les années, performant.


This post first appeared on Olympique Et Lyonnais !, please read the originial post: here

Share the post

PSG – OL : « Une défaite cuisante » pour Aulas

×

Subscribe to Olympique Et Lyonnais !

Get updates delivered right to your inbox!

Thank you for your subscription

×