Get Even More Visitors To Your Blog, Upgrade To A Business Listing >>

La BCEAO réclame 50 milliards de FCFA à l’Etat ivoirien

Alassane Ouattara

Le président ivoirien Alassane Ouattara|DR

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) exige 50 milliards de FCFA  à la Côte d’Ivoire, en guise de « remboursement », suite aux différents cambriolages des différentes agences de l’institution bancaire régionale durant la décennie de crise qu’a traversé le pays, a rapporté le site web financialafrik

L’information a été donné à l’occasion de la dernière journée de formation des cadres des ministères de l’Economie, Des Finances et du budget, des Etats membres sur la nouvelle « loi organique relative aux lois des finances », à l’ex-Esie de Bingerville, une ville à l’Est d’Abidjan, le 22 septembre 2016, indique le site Internet, sans révéler de nom.

Cette décision de la Bceao n’a pas plu à certains des participants présents lors de cette journée de formation. Selon eux, il « n’est pas logique que le contribuable ivoirien paie pour une faute qu’elle n’a pas commise ».

« C’est inadmissible que ce soit encore le contribuable qui paie. Les auteurs des casses sont là et il revient à la justice de les contraindre à rembourser », a martelé un cadre du ministère ivoirien du Budget sous le couvert de l’anonymat.

Pour d’autres cadres du ministère du budget, « les braqueurs et les pilleurs sont connus de tous », alors il revient aux Ivoiriens de faire le remboursement.

En 2002, des agences de la Bceao ont été cambriolées à la suite du coup d’Etat manqué contre l’ex-président Laurent Gbagbo. Cette attaque de l’ex-rébellion avait installé le pays dans une crise, qui a occasionné une session du pays avec un sud gouvernemental et le nord, sous le contrôle de l’ex-rébellion.

Lors de la crise postélectorale survenue entre novembre 2010 et avril 2011, le gouvernement sous l’ère Gbagbo avait réquisitionné les agences de la Bceao. A l’arrivée au pouvoir de Alassane Ouattara, la justice a engagé des poursuites contre les auteurs : Aké N’Gbo, dernier Premier ministre du gouvernement controversé de Gbagbo comparaît à ce sujet avec d’autres personnalités dont Désiré Dallo, qui avait la charge du ministère de l’Economie.

Koné Katinan, porte-parole de Gbagbo, en exil au Ghana, pays voisin à la Côte d’Ivoire, est également accusé dans cette affaire. Il occupait dans le gouvernement d’Aké N’Gbo, le poste de ministre du Budget.

© OEIL D’AFRIQUE
Follow @oeildafrique1



This post first appeared on OEIL D'AFRIQUE | L'actualité Africaine Avec, please read the originial post: here

Share the post

La BCEAO réclame 50 milliards de FCFA à l’Etat ivoirien

×

Subscribe to Oeil D'afrique | L'actualité Africaine Avec

Get updates delivered right to your inbox!

Thank you for your subscription

×