Get Even More Visitors To Your Blog, Upgrade To A Business Listing >>

L'ART GOTHIQUE (2) CHAPITRE 4 LA SCULPTURE GOTHIQUE

L'ART GOTHIQUE
CHAPITRE 4 : LA SCULPTURE GOTHIQUE

Jacques ROUVEYROL


I. LES CARACTERISTIQUES

La disparition progressive du mur libère peu à peu la sculpture de l'emprise de l'architecture et l'amène progressivement vers la nature. L'âge gotique sera en sculpture celui d'un équilibre entre les exigences du cadre architectural et celle du modèle naturel que la Renaissance va ensuite retrouver complètement.

1 . Encadrement.

La sculpture n'est pas libre. Elle est encadrée par le haut et le bas : dais et socle. Soumise encore à l'architecture.

2. Adossement.

La « Statue » s’affranchit un peu du mur.
Elle tient en outre au mur par le dos. Mais n'y tenant que par le dos, elle s'en affranchit latéralement et sur le devant.

3. Facialité.

Ni frontale ni axialisée, la statue est faciale.....

a. Frontalité : archaïque : Sculpture égyptienne, Kouros grec, Vierge romane, tout premier Gothique (Statues colonnes de Chartres)



La présentation frontale du pharaon égyptien, du Kouros grec, de la Vierge romane donne à ces figures un aspect hiératique. Figées dans une posture symétrique pour l'éternité, elles donnent sur Terre l'idée de divinités venues d'un autre monde.

b. Facialité : Gothique classique
Faciale, la statue gothique accède à un début de mouvement qui lui donne une "vie" . Alors que la statue frontale ne pouvait être regardée que de face, sous un seul angle, donc, la statue faciale peut l'être de tous les points de vue, sauf de dos.


c. Axialité : sculpture grecque, romaine, renaissante et après.


Un axe vertical la parcourt autour duquel on peut la faire tourner. Entièrement libérée de l'architecture, la statue est devenue autonome.

4. Expressivité.

Ainsi relativement libérée du carcan architectural, la sculpture cesse d'être bas ou haut relief pour devenir statue. Elle accède à une relative autonomie qui lui permet de parvenir à l'expression. Cette expression ne passe pas encore par le visage mais par le maintien.


5. Equilibre entre architecture et « nature »

Encore soumise pour une part à l'architecture, elle doit accepter des "déformations". Les statues colonnes de Chartre s'allongent en hauteur comme l'exige la colonne à laquelle elles sont adossées. Mais, d'une certaine manière libérées du mur devant lequel elle tendent à s'avancer, elles ressemblent davantage aux êtres humains qu'elles figurent. L'équilibre entre architecture et nature définit la sculpture gothique.



6. Le type humain.

La possibilité de ressembler à un être naturel permet à la statue non d'incarner encore un être individuel (grand ou petit, chauve ou chevelu, etc) mais, au moins, le type humain, l'essence même de l'homme, ce qu'il y a d'universel, de commun à tous les individus : leur humanité.



7. La correspondance entre Ancien et Nouveau Testament.

a. « Désordre » iconographique du Portail roman.
On a vu le cloître de Moissac aligner dans un désordre iconographique évident ses chapiteaux. Le porche de la même église évoque des scènes du Nouveau Testament dans un désordre presque aussi important : Annonciation / Visitation (cela va encore). Adoration des Mages, Présentation au Temple, Fuite en Egypte, mort de Lazarre, mort de l'Avare, Luxure.

b. « Chronologie » du Portail gothique (Le portail des Précurseurs).
Le portail gothique déroule l'Histoire Sainte. Des Patriarches et prophètes aux Saints des Evangiles, on avance progressivement vers la Nativité (représentée par la Vierge Marie).
Le gothique introduit l'ordre ou bien chronologique ou bien symbolique (les corespondances entre Ancien et Nouveau Testament. Voir plus loin).

Cliquer sur le lien pour télécharger le DIAPORAMA du cours :




This post first appeared on HISTOIRE DE L'ART, please read the originial post: here

Share the post

L'ART GOTHIQUE (2) CHAPITRE 4 LA SCULPTURE GOTHIQUE

×

Subscribe to Histoire De L'art

Get updates delivered right to your inbox!

Thank you for your subscription

×